Pourquoi le Brésil ?

À propos

Quand on est seule, vraiment seule, et vraiment perdue, vidée et épuisée, prête à renoncer à tout, même au plus important - c'est-à-dire à l'amour -, les gens, les autres, l'entourage, les amis, les ennemis, sont tous prêts à vous rassurer. Ils vous demandent gentiment d'y croire encore, de ne pas abandonner. À ce moment-là, si la personne tant espérée, tant attendue, arrive enfin, sera-t-on capable de la reconnaître et d'être reconnue?



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782290138458

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    190 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    108 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Christine Angot

Née à Châteauroux le 07 février 1959.
Née Christine Schwarts, Christine Angot est élevée par sa mère et sa grand-mère ; elle passe son enfance à Châteauroux puis à Reims baignée dans les livres du XIXème. Son père, traducteur auprès des institutions européennes, parti avant sa naissance, la reconnaît et elle prend alors son nom : Angot. Après le bac, elle s'engage dans des études d'anglais et de droit, et passe même un DEA de droit puis intègre une école de droit international de Bruges. Mais à cette même époque le virus de l'écriture la rattrape déjà et elle quitte tout en cours d'année. Christine Angot a alors 23 ans et elle commence a écrire des textes, encouragée vivement par son mari. Après avoir envoyé un manuscrit à trois maisons d'éditions, elle part vivre à Nice où elle occupera différents emplois. C'est finalement la maison d'éditions 'L'Arpenteur' qui va publier son premier roman 'Vu du ciel' , en janvier 1990. Romancière, nouvelliste et dramaturge résidant à Montpellier, Christine Angot est propulsée au-devant de la scène médiatique en 1999, suite à la parution de son septième roman, 'L'inceste'. Depuis, ses ouvrages continuent de susciter de vives réactions, tantôt indignées, tantôt apologétiques.

empty